Greenscope #4 – Toute l’actualité sur le Développement Durable

Notre retour d’expérience : Une méthode pour le décret tertiaire !

Dans le but de réduire les consommations d’énergie, ETYO réalise l’analyse d’actifs pour leur conformité au décret tertiaire.

Dans un premier temps, la méthode consiste à analyser les documents (factures, schémas, plans, listing des travaux). Ensuite, l’actif est audité afin d’identifier une année de référence. Dans un second temps, un plan d’action est étudié et rédigé afin d’atteindre 40% d’économie d’énergie en 2030, 50% en 2040 et 60% en 2060.

Des modulations sont prévues dans la loi en cas de contraintes techniques, architecturales ou patrimoniales ou liées à un changement d’activité.

 

Veille réglementaire : La loi « Climat et Résilience » et le DTA

La loi « Climat et Résilience »

Issu de la Convention citoyenne pour le climat, ce texte regroupe des lois destinées à réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre en France d’ici 2030, par rapport à 1990.

Elles sont divisées en 6 grands thèmes. Parmi eux : mieux isoler les bâtiments, limiter les transports polluants et limiter l’artificialisation des sols. La commission spéciale de l’Assemblée nationale a examiné le texte le 18 mars.

Une séance publique de débat a eu lieu le 29 mars.

 

La mise à jour du DTA 

La réalisation du Diagnostic Technique Amiante (DTA) est une obligation légale pour tout propriétaire possédant un immeuble et souhaitant le louer ou le vendre si son permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997.

En 2013, une nouvelle méthodologie de réalisation du DTA a été mise en place. La date butoir pour la mise à jour des DTA « ancienne méthodologie » était le 1er février 2021.

En cas de présence d’amiante, le DTA est valable 3 ans. En revanche, un DTA ne concluant pas à la présence d’amiante a une durée de validité illimitée.

Il est conseillé de réaliser un nouveau DTA à chaque vente si des travaux de rénovation ont eu lieu. Ils pourraient avoir mis en évidence des matériaux ou produits contenant de l’amiante qui n’étaient pas visibles lors de la réalisation du diagnostic précédent.

 

Innovations : Isolation à la paille, Blockchain et Levels

L’isolation biosourcée avec la paille

La RE2020 incite fortement à l’utilisation de matériaux d’origine biosourcée. La France est un grand producteur de blé et d’orge, les processus industriels de fabrication ou de production agricole sont des sources importantes de déchets. La paille en fait partie et son utilisation pourrait être grandement diversifiée. Elle a un rôle d’isolation grâce à sa faible conductivité thermique, et possède une capacité de régulation de l’humidité.

Suite aux résultats des essais de résistance au feu réalisés par le CSTB en 2019, les murs en bottes de paille sont caractérisés par une résistance au feu (REI120 ou EI120). Compte tenu des caractéristiques de la botte de paille, Paris Habitat l’a utilisée comme isolant dans la rénovation thermique d’un immeuble résidentiel R+7 dans le 15e arrondissement de Paris.

 

Blockchain et traçabilité produit

La blockchain permet le partage de données décentralisé assurant une transmission d’informations sécurisée. Si ses principales applications à date concernent le monde de la finance, la technologie présente des avantages concrets pour le monde de la Supply Chain.

La Supply Chain fait intervenir de nombreux acteurs : fournisseurs, entreprises, prestataires, clients sur des réseaux qui peuvent être très complexes. Le partage d’informations entre ces différentes entités peut parfois être un obstacle.

La blockchain propose à chacun des acteurs de stocker ses données sur chaîne privée et d’en partager certaines, utiles dans une relation partenariale sur des blockchains partagées. Les applications peuvent être nombreuses, on citera par exemple la traçabilité des produits, la sécurisation des contrats, l’automatisation des mouvements, la lutte contre la contrefaçon. Cette technologie est donc amenée à se développer de façon importante dans le secteur.

 

Levels, un suivi de l’économie circulaire

Les efforts du secteur du bâtiment pour réduire les émissions de CO2 sont réalisés également à l’échelle européenne.

Level(s) pose un cadre d’évaluation et d’information qui offre un langage commun concernant les performances durables des bâtiments. Lancé par la commission Européenne, il permet d’aider les acteurs de la construction et de l’immobilier à réduire les impacts environnementaux des bâtiments dans lesquels ils investissent.

Cette approche, élaborée suivant les objectifs du Pacte Vert et le Plan d’Action sur l’économie circulaire de l’UE, s’appuie sur des indicateurs à chaque étape du cycle de vie du bâtiment. Il est déjà en cours d’expérimentation en France.

Level(s) n’est pas seulement un cadre de reporting volontaire. Il constitue une base pour la politique européenne de construction durable. Les principaux groupes représentatifs européens (the Architects Council of Europe, Construction Products Europe, European Construction Industry Federation, RICS and WorldGBC) ont travaillé en étroite collaboration avec la Commission pour examiner comment Level(s) pourrait être utilisé pour aider à définir une trajectoire claire pour la politique future.

Les critères de marchés publics basés sur les Level(s) pour les bureaux et les écoles seront mis en place au niveau de l’UE en juin 2022.

 

Nos actualités

La minute ETYO : L’économie circulaire

Tout au long de l’année, l’équipe d’ETYO vous propose de décoder des thématiques liées aux domaines de l’Immobilier, de la Supply Chain et du Développement Durable.

Dans le premier numéro, Sandra Maillart, Green Supply Chain Manager, aborde l’Économie Circulaire : une démarche que nous pouvons tous adopter pour protéger notre environnement tout en créant de la valeur.

Regardez la vidéo ici !

 

Notre accompagnement « Commissioning »

ETYO met en place une méthodologie de Commissioning afin de vérifier, tester et valider la performance de l’ouvrage et de ses systèmes énergétiques, dans le but d’assurer leur fonctionnement optimal. Cette méthodologie organise le contrôle qualité des étapes essentielles du projet, de la conception à l’exploitation. La maîtrise d’ouvrage est ainsi assurée que l’intégralité des systèmes respecte les exigences du projet.